DICTIONNAIRE PASSIONNEL DE LA MODÉLISATION URBAINE


26,00 €

En savoir plus

84-9782913661844

Ces produits vous plairont également

La modélisation urbaine ou la tentation de l’impossible. Essayez de représenter le fonctionnement de tout ou partie d’une ville sousune forme stylisée : vous êtes sans conteste un réductionniste enragé. Qui plus est, vous avez recours au langage mathématique et au calcul numérique : vous êtes décidément un dangereux totalitariste. Pourtant personne ne renonce à la tentation de simuler le fonctionnement de nos cités et de ceux qui les habitent. Pour instruire ce procès imaginaire, les auteurs de l’ouvrage ont composé un dictionnaire passionnel qui nous plonge dans les petits et grands secrets de la fabrique des modèles urbains.
Un dictionnaire qui interroge. Parce que les auteurs partagent la conviction qu’un modèle se définit avant tout par son usage : parfois une simple assistance automatisée à la gestion d’une infrastructure urbaine,
parfois un espace intellectuel pour l’expérience et la validation de théories sur le « réel ».
Un dictionnaire illustrant et illustré. Parce que, de la conception du modèle à l’exploitation de ses résultats, les pratiques sont diverses. Sansparler de la variété des situations d’expertise dans lesquelles on « fait
parler » le modèle. Parce que, pour mieux saisir toute cette diversité, tous les fantasmes et mythologies associés aux modèles, les auteurs pensent qu’il vaut mieux en rire avec des dessins.
Un dictionnaire passionnel. Parce que ceux qui ont contribué à cet ouvrage développent des modèles, les utilisent, étudient ceux qui les conçoivent et les utilisent. Parce qu’ils y consacrent le plus clair de leur temps et de leur énergie et que le devenir de leur créature est à l’image de toute relation de couple : un futur incertain.

 

26 € / 2017, 15 x 21 cm - ISBN 978-2-913661-84-4 - Collection CRITIQUES & CITES

Présentation des auteurs

Céline Bonhomme est ingénieur du Corps des ponts, des eaux et des forêts. Après un doctorat en sciences de l’environnement portant sur la modélisation physique des plans d’eau, elle s’est spécialisée dans la modélisation de la qualité des eaux en environnement urbain au LEESU, laboratoire Eau, environnement et systèmes urbains (université Paris-Est Créteil, École des ponts ParisTech, AgroParisTech). Elle coanime le groupe transversal « Modélisation et dynamiques urbaines » du labex Futurs urbains depuis 2012.

Olivier Bonin est ingénieur du Corps des ponts, des eaux et des forêts, docteur en mathématiques et géographe. Après avoir été chercheur au COGIT, laboratoire de recherche de l’Institut géographique national (IGN), il a rejoint le LVMT, laboratoire Ville, mobilité, transport (université Paris-Est, École des ponts, ParisTech, IFSTTAR) dont il est directeur adjoint. Ses travaux portent sur la modélisation urbaine, notamment la morphogenèse, ainsi que la conception et l’évaluation de scénarios de développement urbain durable.

Isabelle Coll est professeur au LISA, laboratoire interuniversitaire des Systèmes atmosphériques (CNRS, université Paris-Est Créteil, université Paris-Diderot). Ses travaux portent sur la modélisation de la pollution urbaine à l’échelle régionale et sur la simulation de scénarios prospectifs d’émissions, en lien avec les politiques européennes de qualité de l’air. Dans le cadre du labex Futurs urbains, elle contribue au développement d’une modélisation intégrée des systèmes urbains visant à évaluer l’impact des contraintes énergétiques, des politiques environnementales et des planifications territoriales sur la qualité de l’air en ville, via la prise en compte des dynamiques urbaines et des systèmes de transports.

Hadrien Commenges est maître de conférences en géographie à l’université Panthéon-Sorbonne, rattaché au laboratoire Géographie-cités (université Panthéon-Sorbonne, université Paris-Diderot, CNRS) et associé au LEESU, laboratoire Eau, environnement et systèmes urbains. Il s’intéresse aux dispositifs d’enquête, de modélisation et d’évaluation économique dans le domaine des transports et de la mobilité urbaine.
Amandine de Coninck, psychologue environnementale qui a dévié de son cours pour s’intéresser à l’aménagement des petites rivières urbaines en Île-de-France. Elle a réalisé sa thèse au LEESU, laboratoire Eau, environnement et systèmes urbains, sur les conflits de gestion et d’aménagement de ces cours d’eau et l’évaluation de méthodes de concertation. Au passage, elle a donc aussi baigné dans les théories de sociologie politique et de jeux d’acteurs.

Bernard de Gouvello est ingénieur de l’école centrale de Lille et docteur en urbanisme de l’École des ponts ParisTech. Ses travaux portent d’une part sur les modalités d’évolution des modes de gestion des services urbains plus particulièrement l’eau et l’assainissement dans le contexte latino-américain, et, d’autre part, sur les interrelations en termes de gestion de l’eau entre l’échelle du bâtiment et l’échelle urbaine. Son approche est transdisciplinaire, intégrant sociologie, sciences de gestion et sciences de l’ingénieur.
José-Frédéric Deroubaix est politologue, chercheur au LEESU, laboratoire Eau, environnement et systèmes urbains (université Paris-Est Créteil, École des ponts ParisTech, AgroParisTech). Ses recherches portent sur les interactions entre production de connaissance, organisation de l’expertise et action publique, principalement dans le domaine de l’assainissement et de l’aménagement urbain en lien avec l’eau. Il coanime le groupe transversal « Modélisation et dynamiques urbaines » du labex Futurs urbains depuis 2012.

Elsa Hieramente, directrice artistique freelance, travaille sur des projets institutionnels, événementiels et culturels pour des commandes de création graphique et d’identité visuelle. Formée dans différents ateliers (IAV, Beaux-Arts, ateliers d’artistes) et diplômée d’Olivier de Serres en arts appliqués, elle déploie un univers graphique onirique pour des projets d’édition, du dessin de presse ou de l’illustration jeunesse. Pour en savoir plus > illustration : www.ledejeunercrocodile.com / graphisme : www.ehdesign.fr

Natalia Kotelnikova-Weiler, après une formation d’ingénieur généraliste à forte dominante mécanique des matériaux, un passage à l’École d’architecture de la ville et des territoires et une thèse en structures et matériaux, est aujourd’hui chargée de recherche au LVMT, laboratoire Ville, mobilité, transport (université Paris-Est, École des ponts ParisTech, IFSTTAR). Tout en gardant des méthodes d’ingénieur-modélisateur, elle travaille sur l’aménagement urbain, les transports et leurs impacts sur l’environnement, avec une attention particulière sur l’échelle du quartier.

Joël Idt est maître de conférences en urbanisme et aménagement au département Génie urbain de l’université Paris-Est Marne-la-Vallée, et membre du Lab’Urba. Ses recherches portent sur l’action publique urbaine : d’une part sur les grands projets d’aménagement, et d’autre part sur l’action « au quotidien » des institutions publiques. Il s’intéresse en particulier aux relations entre technique et politique dans la décision publique.

Florent Le Néchet est maître de conférences à l’université Paris-Est Marne-la-Vallée et chercheur au LVMT, laboratoire Ville, mobilité, transport, il enseigne au sein de l’École d’urbanisme de Paris. Ingénieur et géographe de formation, il travaille sur les liens entre organisation spatiale et pratiques de mobilité. Il utilise différents types de modèles (modèles agents, modèles statistiques) pour étudier ces liens à différentes échelles de temps et d’espace.

Martin Seidl, ingénieur de l’université de Wageningen aux Pays-Bas et docteur de l’École des ponts ParisTech, travaille actuellement comme chercheur au sein du LEESU, laboratoire Eau, environnement et systèmes urbains. Ses recherches portent aujourd’hui sur la gestion amont des eaux de pluie et des polluants associés, en Île-de-France et dans la région métropolitaine de Belo Horizonte au Brésil.

Récents commentaires client

Aucun commentaire n'a été publié pour le moment.

Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent publier un nouveau commentaire.